Futsal Club de Baduel : site officiel du club de foot de CAYENNE - footeo

RUBAN NOIR INTRAITABLE, FAMILY FC N'EST JAMAIS MORT

24 novembre 2014 - 00:50

Le RUBAN NOIR a montré qui était les véritables patrons de la Régionale 1, FAMILY FC et DEPORTIVO ont montré qu’un match dure vraiment 50 minutes, ST CLAIR DIMITRI a prouvé qu'il était au niveau de ses frères, et à Kourou, AASK a fait n'importe quoi!
  • CCIG / 973 FUTPOSTALE (Résumé)

Mes amis, voilà une journée qui restera dans les annales du futsal guyanais. Avalanche de buts, d’occasions, de beaux gestes, de suspense et de rebondissements. Il ne fallait pas flancher lors de cette journée et malheur à celui qui laisserait s’échapper des points.

C’est le cas des joueurs de Matoury. Malgré une excellente entame où ils vont ouvrir la marque par l’inévitable BOURDON, ils se feront rejoindre après 5 minutes par l’intermédiaire de Samuel FULGENCE qui marque du plat du pied en renard des surfaces au premier poteau.

Oui La poste est en place et donne du fil à retordre aux joueurs de Capitaine JOSEPH mais ces derniers ont une expérience et un rodage complet. Difficile de les faire vaciller. Et c’est lui qui sur un débordement dont il a le secret va aggraver le score d’un pointu à 10 mètres au premier poteau. RIDEL qui jusque-là avait retardé l’échéance était battu pour la deuxième fois, il n’imaginait pas encore ce qui l’attendait…

BOURDON va redonner espoir aux jaunes et bleus avec un but qu’il ira chercher se battant corps et âme pour tenir son équipe à flot pendant que DANGLADES se démenait dans l’arrière-garde pour contrôler les vagues blanches. Mais il ne peut pas tout faire tout seul…

Et c’est à ce moment que Dimitri SAINT CLAIR a décidé d’appuyer là où ça fait mal et de faire son show. Car oui quand on compte un SAINT CLAIR dans ses rangs on est forcément redoutable. Comprenant la faiblesse du jour de RIDEL et se rendant compte de l’épuisement de DANGLADES, il va tirer trois coups de canon au premier poteau ! Oui Mr RIDEL, en tant que gardien la priorité c’est de fermer les poteaux.

Trois tirs qui font mouche et qui anéantissent tout espoir pour les joueurs de BAJOL. Celui-ci avait beau donner de la voix et replacer ses joueurs, l’ascendant psychologique pris et la muraille dressée, la CCIG n’avait plus rien à craindre.

Un coach tacticien à souhait, une équipe qui écoute les consignes au millimètre, un pivot qui pèse, un capitaine au four et au moulin, un gardien lucide et un Saint Clair, la CCIG à la recette et les ingrédients valent très cher ! CCIG:5-973 FUTPOSTALE 2


  • FSC BADUEL/RUBAN NOIR(Résumé)

On connaissait le RUBAN NOIR Rideau de Fer, hier on a vu le Ruban Noir Canonnier. Il fallait suivre et surtout ne rien louper car ça allait très vite.

Du côté des forces en présence, EVARISTE absent c’est ATTICOT qui a joué le rôle de sentinelle pendant que SAINT CLAIR (oui encore un) faisait le métronome.

ATTICOT a été bon sans être transcendant. Il a fait le taf, et il l’a bien fait. Propre, travailleur, GUINGUINCOIN peut dormir sur ses deux oreilles, il a un banc chargé quantitativement et qualitativement. Pourtant ce sont bien les hommes de Gilles CLAU qui ont ouvert le score. Une ouverture magistrale de BELLIARD vers SANON qui ouvre son pied et bat MOSES sur leur première action.

Oui l’efficacité est là. Mais le RUBAN NOIR, a appris, vite, très vite. Ils vont commencer à mettre la pression juste après, mais c’est sur une action totalement anodine et sans danger qu’ils vont égaliser sur un but de … BELLIARD ! oui un CSC pour le moins bizarre mais avec de lourdes conséquences. On ne l’avait pas vu sous son meilleur jour lors des dernières rencontres, apparemment il n’a toujours pas retrouvé son excellent niveau de l’année dernière.

SAINT CLAIR en bon capitaine va marquer le deuxième but d’un joli plat du pied avant que MICKAEL, et SUAREZ n’enfoncent le clou, laissant un RAFFOUL pantois dans ses buts.

Symbole d’une équipe en manque d’automatismes, et pas au meilleur de sa fraîcheur, nous avons eu droit à une scène cocasse. Alors que le jeu est relancé par RAFFOUL, VILTARD en possession du ballon attend que son attaquant direct vienne à son encontre et tente de le dribbler. Celui-ci n’en demandant pas tant récupère le cuir et le glisse entre les jambes d’un RAFFOUL totalement dépité. Ce dernier s’en prend à son joueur (logique me direz-vous) qui n’assumant pas son erreur lui répond grossièrement faisant PLENET, alors dans le public, sortir de ses gonds et lui disant à son tour ses quatre vérités.

Les esprits s’échauffant, l’arbitre arrête le jeu et Steve JEAN MARIE fait sortir ses joueurs concernés et les emmène directement aux vestiaires pour apaiser la tension. Oui, Baduel n’est plus la force tranquille de la dernière saison et ça se voit. Nous comptons sur le staff pour régler tout cela.

Revenons au terrain! Eh bien après ça, les jeux étaient faits. Baduel a bien essayé de revenir grâce au doublé de BELLIARD qui s’est racheté et DIMAN qui s’est réveillé mais MARCIN (monsieur un but par match) a fait son trublion et a marqué un triplé pour mettre tout le monde d’accord.

Décidément ce MARCIN et son pied gauche, quelle révélation !

FSC BADUEL s’en va avec la mine des mauvais jours et un sentiment de frustration d’être passé à côté de son match. Mais ce n’est pas la première fois cette saison alors il serait temps d’y remédier.

Le RUBAN NOIR n’en est plus au stade de la confirmation mais continue son bonhomme de chemin avec plein de certitudes. La saison est encore longue mais les places sont chères, très chères et le sentiment qui nous anime nous observateurs locaux invétérés, c’est que le match pour la quatrième place qualificative des play off est déjà lancé.

De quoi nous promettre de beaux jours de futsal ! Que demande le peuple ? du spectacle ! Pour le coup, ça a été le cas dans tous les sens, mais croyez-moi, le meilleur reste à venir.

4-8 Victoire de RUBAN NOIR

 

  • ATLETICO FC-FC FAMILY (Résumé)

Le match est parti très tranquillement. On se demandait alors si LEVI s’était bien réveillé, tant ses frappes étaient hors cadres, NETTOYER pas bien en jambe, on parle bien des deux meilleurs joueurs annoncés de la partie. Se présentant avec un nouveau gardien, DA SILVA MAX, il a fallu attendre la 9e minute pour le début des hostilités.

Et c’est Monsieur LEVI en personne qui commence son festival. Entre prises de balle en profondeur, dribbles chaloupés, feinte de frappe et sourire à ses supporteurs il a éclaboussé de sa classe cette première mi-temps. Un zéro sur une frappe chirurgicale qui laisse pantois notre ami MAIKO. Une autre a raz de terre sur qui laquelle il ne peut pas faire plus et déjà 2-0. Ce n’est pas terminé, puisque comme face au DEPORTIVO, FAMILY donne le bâton, reste prendre les coups, et demande encore à se faire frapper.

Alors NICOLAU s’en charge. Sur une perte de balle anodine de FAMILY dans son camp, le joueur double licence de REMIRE va prendre le ballon, traverser avec une facilité déconcertante tout le terrain le long de la ligne de touche et va placer le ballon dans le petit filet opposé de FAMILY! 3-0. CHAGAS rate tout ce qu’il tente, ne défend pas et cela à le don d’agacer tous ses supporteurs.

Alors les joueurs d’ATLETICO sont de plus en plus présents. Et une action digne du grand Barça va se dérouler avec un double une deux entre LEVI, NICOLAU pour décaler enfin ALIFE qui n’a qu’à pousser le ballon dans le but vide. 4-0

Pour couronner le tout, alors qu’il ne reste que trois secondes, depuis les 35 m, NICOLAU encore lui, va tenter un lob, qui va surprendre MAIKO pourtant pas si avancé. Il a beau retourner dans les cages , trop tard si ce n’est pour récupérer le ballon au fond des filets.

La deuxième mi-temps reprend sur le score de 5-0. Les spectateurs, s’en vont. Les joueurs d’ATLETICO sont euphoriques et même JUNIOR alors entraîneur du jour se fait refouler pour avoir pénétré sur le terrain alors que le jeu n’était pas arrêté. Et c’est des tribunes, impuissant qu’il va assister à l’improbable. 1 but de FAMILY. Alors que NICOLAU se repose, POLONY marque un premier but sur une action menée au ralentit.

Dans tous les bons coups, CHAGAS métamorphosé se fais accrocher le pied dans la surface. Monsieur BAJOL n’hésite pas une seule seconde. Le penalty est justifié, il est même à retirer et il est de nouveau réussi par un WETCHE plein de sang-froid.

Un terrible mouvement initié par NETTOYER va permettre à JOLIBOIS de marquer un fort joli but alors que CHAGAS avait frappé sans pitié pour recoller au score. Euh nous en sommes à combien....on s’en perd, on ne sait plus où donner de la tête. Ce match est fou!

Oui 4-5 ! Il reste 7 minutes, CHAGAS égalise puis permettre à son équipe de prendre l’avantage. Quel match ! Une main malheureuse dans la surface va permettre à ATLETICO d’égaliser.

Il y a bien un penalty spécial pour LEVI qui rate complètement sa frappe. Chacun sa mi-temps, car le score ne bougera plus. 6-6 !

Vraiment avec FC FAMILY c’est les buts assurés ! D’un côté ou d’un autre.

 

  • Résumé de la journée!

Juste avant le spectaculaire ATLETICO-FAMILY, l’ASC REGINA jouait sa place dans l’élite. Sauf que c’était contre DIALYZ TEAM. Sans HANS COSSET, sans JJ RAYMOND, et sans RODNEY Fabrice au début du match. Juste le temps de mettre la machine en route, et surtout de se faire mener, les joueurs de SINNAMARY ont atomisé leur adversaire.

Si le score fut longtemps accroché, il n’en fut rien grâce à plusieurs doublés, RODNEY (oui oui il a encore marqué), CLOTHILDE, COSSET RUDY j’en passe et des meilleurs.

Score final 8-3 pour la DIALYZ TEAM.

Il fallait enfin laisser place à cette surprenante équipe d’AASK qui avait pour seule ambition de ralentir l’ASC THEMIRE. Le temps pour DELIUS de faire quelques arrêts et MAKENSON a (encore) pété les plombs. D’après nos sources, des incivilités envers l’arbitre ont conduit ce dernier à mettre un terme à la partie alors que l’ASC THEMIRE menait 2-0.

Quelle sera la décision de la commission ? C’est dommage, car ce match partait sur une haute intensité. Trop peut-être! Tournée en eau de boudin, cette partie sera sans doute gagnée par l’ASC THEMIRE.

Et pour clore cette journée dantesque, il fallait un match qui le fut tout autant.

Magique, comme les gestes d’IMFELD. Ce joueur a réinventé des dribbles, a fait lever le public et s’est amusé.

Courageux comme les joueurs de DEPORTIVO qui malgré l’exclusion, la blessure au ligament interne d’un de leurs meilleurs joueurs a pu gagner ce match grâce à CUNHA Raphaël et son triplé.

Épique comme l’épopée du MONTJOLY FC qui a été mené mais qui est revenu au score pour longtemps mener dans le match avant de s’écrouler.

Chambreur comme le public des Oranges qui a eu le don d’énerver, de réveiller et de secouer leur adversaire pour le score que l’on sait.

Intelligent comme a été VILETTE Fabio en témoigne son abnégation et son but tout en puissance et en touché.

Fougueux comme le gardien de MONTJOLY FC en provoquant un penalty qui relance le DEPORTIVO même s’il n’a rien à se reprocher sur les autres buts encaissés.

Litigieux et engagé comme le nombre de fautes directes, le nombre de coups de pieds de réparation et les deux cartons rouges, un de chaque côté.

Renversant comme le score de la partie qui était de plus 3 en faveur du MONTJOLY FC qui s’est fait battre sur le fil !!!!!

Quel match...on en redemande.... Merci aux deux équipes. 6-5 pour le DEPORTIVO

 

Les résultats de la 8ème journée

 

ASC DE REGINA 3 8 DIALYZ TEAM
FC FAMILY 6 6 ATLETICO FC
ASC CCIG 5 2 973 FUTPOSTALE
AASK Match arrété

ASC THEMIRE
FSC BADUEL 4 8 RUBAN NOIR
MONTJOLY FC 5 6 DEPORTIVO

 

Le Classement provisoire

1 RUBAN NOIR 28 8 7 1 0 0 46 24 22 2
2 ASC CCIG 27 8 6 1 1 0 29 16 13 0
3 FSC BADUEL 21 8 4 1 3 0 45 31 14 0
4 ASC THEMIRE 19 7 5 0 2 0 49 32 17 3
5 973 FUTPOSTALE 19 8 5 0 3 0 40 28 12 4
6 AASK 16 7 3 0 4 0 36 37 -1 0
7 DIALYZ TEAM 15 8 4 1 3 0 38 28 10 6
8 FC FAMILY 15 8 2 1 5 0 35 56 -21 0
9 MONTJOLY FC 14 8 2 0 6 0 34 47 -13 0
10 DEPORTIVO 13 8 3 0 5 0 38 46 -8 4
11 ATLETICO FC 5 8 2 1 5 0 33 43 -10 8
12 ASC DE REGINA 1 8 1 0 7 1 18 53 -35 9

 

L'équipe Type de la 8ème journée

Commentaires